• Anonyme

    salam aleykoum ma soeur macha'allah ton blog

  • Anonyme

    MASHALLAH WALLAH CHERCHE SOEUR J'AIME GARVE TON BLOG MASHALLAH ET JE VOUDRAI SAVOIR SIS JE POUVAIS PRENDRE QUELQUE TEXTE

  • salam aleikom

  • Anonyme

    chères s½urs

    vous savez qu'il est interdit de reproduire l'image d'un être doté d'une âme ; qu'il s'agisse d'un être humain ou d'un animal ; qu'il s'agisse d'une sculpture, d'un dessin imprimé sur une feuille ou un tissu ou un mur etc. , ou une photo prise à l'aide d'une caméra. Cela s'atteste dans les hadith authentiques qui interdisent cela et menacent son auteur d'un châtiment douloureux. Les images se ressemblent (quant à leurs effets éventuels) ; elles peuvent conduire au chirk. Cela arrive quand on s'incline devant elles, les vénère et cherche à se rapprocher à elles de manière à leur donner une importance que seul Allah mérite. L'interdiction est due encore au fait que la fabrication des images est une manière d'imiter la création divine et peut être une source de tentation. C'est ce qui résulte de la contemplation des photos des actrices et des femmes nues et de celles qu'on appelle « Miss ».

    Donc n'affichez pas de photos ou d'images représentant un être vivant doté d'une âme sur des forums
    surtout pas vos propres photos car il y à beaucoup d'hommes qui voient votre photo peuvent s'imaginer des choses mal saine sur vous, pour les photos de femmes voilées que beaucoup de musulmanes affichent en avatar regardez bien elles sont maquillée les sourcils épilés pleins de choses qui font que se sont des photos haram, faites attention au choix de vos avatar, et de nombreuses reconverties croient ensuite que c'est comme ça qu'il faut qu'elles soient alors que le maquillage est haram l'épilation du sourcil est haram les vêtements moulants sont haram bref réfléchissez n'affichez plus de photos haram.

    prenez soin de vous mes s½urs

    Dieu est seul savant

    Que Dieu nous pardonne nos erreurs amine

  • Anonyme

    La prière de Tarawih


    Les Tarawih (arabe: تراويح) sont les prières quotidiennes du soir, exécutées après celle de la Isha, pendant le mois de jeûne du Ramadan. Ces prières sont effectuées par paires de rakaa (ركعة, séquence rituelle de la prière), avec en tout entre 8 et 36 rakaa selon les traditions. Les Sunnites croient qu'il est de la tradition d'essayer d'accomplir un khatm (récitation complète) du Coran en récitant au moins une partie du Livre (Juz, de l'arabe : جزء, le Coran en comportant 30) par Tarawih. Si le croyant ne peut réciter le Coran en entier durant la prière, il peut se limiter à ce qu'il sait, ou à ce qui est dans ses possibilités.

    Origines

    Selon l'avis prépondérant du sunnisme, ces prières en groupe des nuits de Ramadan sont recommandées et très méritoires, et ce rite fait partie de la tradition de Mahomet.

    Elles furent établies par le Prophète qui les dirigea occasionnellement de peur que cela ne devienne obligatoire pour les fidèles. Après la mort du Messager, son successeur, Abu Bakr, n'a pas continué de les pratiquer durant ses 2 années de caliphat. C'est le second calife de l'islam, Omar ibn al-Khattab, qui la réinstaura, comme elle était accomplie au temps du Prophète (car l'ordre musulman était retrouvé).

    Preuves

    Le grand historien Tabari écrit ainsi dans son livre "la chronique" Tome 2 pages 569 & 570.:
    « Et c'est lui (Omar) le premier à avoir rassemblé les gens (musulmans) sous la direction d'un seul Imam pour accomplir la prière dite de tarawih durant le mois du ramadan. Il adressa des lettres à toutes les villes des possessions musulmanes pour leur ordonner d'agir ainsi...»

    L'Imam Boukhari rapporte également dans son sahih que ce fut Omar ibn al khatab qui instaura cette pratique :
    Abderrahman ben 'Abdelqâri a dit : « Une nuit, pendant le Ramadân, j'allais avec 'Omar ibn El Khattab à la mosquée. Les fidèles étaient en groupes dispersés. Ici un homme faisait sa prière pour son propre compte, ailleurs un homme dirigeait la prière de son groupe. 'Omar dit alors : « Il me semble que si je réunissais tous ces gens là sous la direction d'un seul lecteur cela serait plus convenable. » Alors, mettant son dessein à exécution, il les rassembla sous la direction de Obay ben Ka'b » Une autre nuit, je sortis également avec 'Omar. Les fidèles priaient sous la direction de leur lecteur. « Quelle excellente innovation, s'écria 'Omar. Ceux qui dorment sans faire cette prière font mieux que ceux qui se lèvent pour la faire. » Il voulait dire : à la fin de la nuit. Et les fidèles firent cette prière au début de la nuit».

    Controverses

    Légalité
    Cependant, une minorité la considère comme étant formellement interdite : elle s'appuie sur de nombreux récits rapportés entre autres par l'Imam Boukhari.
    Voici ce qu'il rapporte dans son sahih :

    D'après Zaïd ben Tsâbit : « Pendant le ramadan, le Prophète se fit une cellule – je crois bien, dit Bosr, rapportant ce hadith, que Zaïd ajouta : « avec une natte » - Il y fit la prière pendant quelques nuits. Un certain nombre des compagnons du Prophète ayant suivi sa prière, celui-ci, dès qu'il s'en aperçut, resta assis (et cessa de se montrer). Puis il alla vers ses compagnons et leur dit : « Je connaissais bien les sentiments que votre conduite m'a manifesté. Dorénavant, ô fidèles, priez dans vos demeures, car la meilleure prière pour un homme est celle qu'il fait chez lui, à moins qu'il ne s'agisse de la prière canonique. »
    Extrait de « Les Traditions Islamiques -Tome 1» El Bokhâri; Titre X : «De l'appel à la prière» ; Chapitre LXXXI : «De la prière pendant la nuit»; hadith n°2; (page 245).

    Zaïd ben Tsâbit a dit : « L'Envoyé de Dieu avait installé, pour s'isoler, une sorte de pièce entourée de nattes. Il s'y rendit pour faire la prière ; quelques fidèles l'y suivirent et vinrent prier avec lui. La nuit venue, ces fidèles revinrent à la même place ; mais l'Envoyé de Dieu, après s'être fait attendre, ne venant pas, les fidèles élevèrent la voix et frappèrent à sa porte avec un caillou. L'Envoyé de Dieu sortit aussitôt en colère et leur dit : « Vous ne cesserez donc pas d'agir comme vous l'avez fait en sorte que je crains que votre faute soit inscrite à votre encontre ? Vous devez faire la prière chez vous, car la meilleure prière pour le fidèle est celle qu'il fait chez lui ; il faut en excepter la prière canonique».
    Extrait de « Les Traditions Islamiques -Tome 4» El Bokhâri Titre LXXVIII: «De l'éducation» ; Chapitre LXXV : «De la colère et de la sévérité qui sont permises quand il s'agit des ordres de Dieu»; hadith n°5; (page 178).

    Nous apprenons également en lisant la biographie de l'Imam Boukhari ce qui suit :
    « Pendant le mois du ramadan, les amis d'Al Boukhari se réunissaient chez lui.Il les guidait dans la prière en lisant vingt versets à chaque génuflexions jusqu'à lire tout le coran. Dans la nuit, il lisait la moitié ou le tiers du texte sacré en le clôturant toutes les trois nuits . Il le clôturait également une fois par jour, au moment de la rupture.Et il disait, après avoir lu le coran en entier : une invocation exaucée. »
    page 52 de la biographie de l Imam Al Boukhari par Takiyy al dine Al Nadawi Al mazahini

    L'Imam Boukhari ne faisait donc pas les prières de tarawihs à la mosquée,il se réunissait chez lui avec des amis pour lire et prier conformément à l'ordre du prophète qu'il rapporta lui même dans son sahih :
    « Dorénavant, ô fidèles, priez dans vos demeures, car la meilleure prière pour un homme est celle qu'il fait chez lui, à moins qu'il ne s'agisse de la prière canonique. »

    Muslim rapporte notamment que Aicha, la femme du Prophète a rapporté « Une certaine nuit, l'Envoyé de Dieu fit une prière à la mosquée et les Musulmans firent la même prière. La nuit suivante, il fit de nouveau cette même prière et ils l'imitèrent. A la troisième et quatrième nuit, les fidèles se rassemblèrent (pour faire cette prière) mais l'Envoyé de Dieu ne se rendit pas à la mosquée. Le matin de la quatrième nuit, il leur dit : "J'ai vu ce que vous avez fait. Ce qui m'a empêché de vous rejoindre, c'est que j'ai craint que cette prière ne devienne une obligation pour vous". » (Moslim).
    Les Chiites offrent une réfutation détaillée de cette pratique, la considérant de fait comme une innovation religieuse instituée par Omar ben al-Khattab.

    La majorité sunnite répond à ses oppositions qu'étant donné que le prophète n'était plus présent, ces prières ne pouvaient devenir obligation et donc que le calife a bien fait de ré-instituer cette pratique, la révélation ne pouvant plus avoir lieu.


    Nombre de raakah

    Les raakah peuvent aller de 8 à 36. Elle se font par paires. Le Prophète pria 8 rakaa durant la 23e, 25e et 27e nuit de ramadan. Le deuxième calife Omar ben al-Khattab pria 20 rakaa. Omar Ibn Abdelâziz l'un des Califes de la période Omeyyades priait 36 rakaa. C'est durant ces prières que l'Imam récitera le Coran entièrement à raison de 2 chapitres par jour (2 Hezb constituent un Juz) pour terminer la lecture entière du Coran, acte très méritoire en ce mois sacré, bien qu'il n'y ait pas obligation de faire ainsi.

    Récupérée de « http://fr.wikipedia.org/wiki/Tarawih »